Problème de sommeil

Problème de sommeilA l’heure où tout va plus vite, où l’on coupe difficilement le lien avec le monde extérieur, les problèmes de sommeil sont de plus en plus fréquents et touchent désormais 1 français sur 3. On observe une prévalence supérieure chez les femmes par rapport aux hommes (39% vs 29%) et la fréquence des troubles augmente avec l’âge.

Les français dorment aujourd’hui 1h30 de moins qu’il y a 50 ans, et 45% des 25-45 ans considèrent ne pas dormir suffisamment, alors que 13% d’entre eux considèrent que dormir est une perte de temps.

A noter que des problèmes de sommeil au long cours ont des conséquences sur la santé générale : augmentation de la survenue de maladies cardio-vasculaires, obésité et diabète, cancers, accidents et maladies neuropsychiques.

Les problèmes de sommeil, qu’est ce que c’est ?

Il s’agit de difficultés à s’endormir ou de réveils nocturnes ou de fin de nuit ne permettant pas un ré-endormissement. On parle d’insomnie avérée quand le délai d’endormissement ou la durée du réveil nocturne excèdent les 30 minutes.

Ces insomnies sont soit occasionnelles et durent quelques jours à quelques semaines, et sont en général dues à une rupture dans l’hygiène du sommeil, dans le cadre de vie ou à un stress psychique transitoire lié à une situation professionnelle ou personnelle délicate. De manière générale, lorsque le stimulus cesse, le problème disparaît et la personne retrouve très rapidement un sommeil de qualité.

Une situation qui peut devenir chronique

Principalement dans les cas suivants :

  • Contexte de vie de personnelle ou professionnel complexe,
  • Personnes prenant des médicaments spécifiques avec ces effets secondaires associés (bêta bloquant, corticoides, certains anti-dépresseurs),
  • Ou présentant des troubles neuro-psychiques, notamment en burn-out.

Au sein de cette dernière population, 47% des insomniaques sont en burn-out/dépression et 70% des personnes en dépression présentent des troubles du sommeil. Les 2 pathologies sont donc très liées et le manque de sommeil a souvent des conséquences sociales néfaste, augmentant l’isolement, et nécessitant une prise en charge à la fois de la cause psychique et de l’endormissement.

Les conséquences du manque de sommeil sont la fatigue rendant la réalisation des tâches et du travail parfois difficile des maux de tête, de la somnolence avec les risques inhérent, une baisse des performances physique et intellectuelle, et des difficultés à la concentration notamment au travail. Cela peut dans les cas extrêmes avoir un impact sur la qualité des relations aux autres et devenir par voie de conséquence un cercle vicieux.

CONSEILS PRATIQUES pour être ZEN au moment du coucher

  • diminuer l’état d’hyperactivité mentale quelques heures avant le coucher, et notamment bannir l’usage des tablettes au moins 1h avant, réserver la chambre au sommeil ;
  • respecter son rythme biologique : se coucher chaque soir à la même heure, se réveiller tous les jours à la même heure, même le week-end,
  • dormir dans une chambre fraîche (18-20°C max), au calme,
  • ne pas consommer d’alcool le soir, traditionnellement considéré comme un tranquillisant mais pouvant également se comporter comme un exitant ; de la même manière, ne pas pratiquer de sport le soir après 19h,
  • utiliser des techniques facilitant la relaxation : sophrologie, méditation, yoga…(lien vers article du blog ?)

Des solutions existent

Les traitements traditionnellement proposés sont chimiques, à base d’anxiolytiques ou de somnifères, très efficaces mais présentant des effets secondaires importants comme l’accoutumance, la perte de mémoire, la somnolence, des difficultés à se concentrer…et pourtant, 1 personne sur 5 a recours à ces médicaments alors qu’ils sont strictement déconseillés près la phase aigue d’insomnie.

Une alternative efficace et sans effet secondaire est le recours à la naturalité et notamment des compléments alimentaires à base de mélatonine, molécule également appelée hormone du sommeil et centrale dans la régulation des rythmes chronobiologiques puisque naturellement sécrétée par le corps humain au moment de l’endormissement et pendant la nuit.


cms